Les relations grands-parents petits-enfants

Par Marie Camille, le 30 juin 2021

La relation grands-parents/petits-enfants est très précieuse, et elle diffère de celle qu’ont les enfants avec leurs parents. Paradoxalement, leur éloignement les rapproche. Le saut générationnel devient propice à l’échange et au partage, sans jugement de part et d’autre.

Cette complicité devient source de bonheur pour les deux parties, et comporte de nombreux bienfaits :

 

-      Une sécurité affective

 Les grands-parents ont deux atouts principaux :

 D’abord, ils n’ont pas ce rôle d’éducateurs qu’ont les parents. Du coup, ils peuvent profiter de bons moments avec leurs petits-enfants en les chouchoutant un peu plus. De cette manière, ils créent des souvenirs communs, des moments privilégiés d’intimité, et ramènent chez leurs parents des enfants détendus et heureux.

D’autre part, les grands-parents ont souvent plus de temps que les parents :les parents sont très occupés par leur travail, et ne consacrent pas forcément à leurs enfants autant de temps qu’ils le voudraient. De leur côté, les grands-parents sont plus disponibles, et relaient parfois les parents pour des sorties d’école ou des déjeuners, apparaissant ainsi comme des aides solides, des repères affectifs stables, des protecteurs à l’écoute.

 En retour, ils reçoivent la gratitude et l’affection de leurs petits-enfants, ce qui leur transmet une véritable bouffée d’oxygène et comble leur éventuel isolement.

-      Un apport mental

 Du côté des enfants : la relation avec leurs grands-parents les détend grâce aux bons moments passés ensemble, les cultive par les histoires anciennes qui leur sont narrées, et les stimule par les jeux et lectures.

 Les grands-parents ne sont pas en reste : se remémorer des souvenirs d’enfance est un exercice bénéfique pour leur mémoire, et fait travailler leur cerveau. Ainsi une étude allemande, publiée dans la revue Evolution and Human Behavior, a démontré que garder ses petits-enfants améliorait les fonctions cognitives et irait jusqu’à diminuer les risques de développer la maladie d’Alzheimer.

  La complicité implique une certaine proximité entre grands-parents et petits-enfants, et celle-ci peut se mettre en place de deux façons :

 

-       Par des retrouvailles régulières, que ce soit le soir en attendant le retour des parents, le week-end, ou encore lors de réunions de famille.

 

-       Par un lien à distance : se retrouver n’est pas toujours simple, mais cette difficulté supplémentaire ne compromet pas la proximité avec les petits-enfants. Elle permet au contraire de réinventer une relation, pour lui permettre de s’épanouir même sans se voir.

 

Mettre en place une « proximité à distance »

 

           Aujourd’hui, garder le lien avec les personnes éloignées est heureusement possible, et même très facile. Mais cet éloignement demande de s’astreindre à une certaine régularité dans les échanges :on connait tous le dicton « loin des yeux, loin du cœur ». Il s’agit donc, dans ces échanges, de rappeler à nos petits-enfants que nous sommes là pour eux, et de leur prouver, même en étant loin, notre disponibilité. Cela passe par des appels réguliers, des Skype, du courrier régulier, et toutes autres marques d’affection !

 Par cette présence en « arrière-plan », nous offrons aux petits-enfants une alternative à leurs parents. Il ne s’agit pas de les supplanter, mais seulement de compléter utilement leur rôle en restant hors des« histoires ». S’il y a débat, conflit, les grands-parents peuvent avoir un rôle d’apaisement, de recul.

Ce lien grands-parents/petits-enfants peut s’avérer parfois compliqué à mettre en place. Les jeunes enfants n’ont pas forcément le réflexe de raconter leur journée, leurs passions. Et c’est dommage si le coup de téléphone se solde par un blanc monumental… !

 Pour cela, la bonne idée peut être de s'appuyer sur des "outils" permettent de nourrir les échanges :

- des livres lus des 2 côtés,

- des bandes-dessinées,

- un abonnement partagé

- ou des souvenirs communs.

C'est ce que nous essayons de faire avec Sa Petite Lettre, avec une version papier pour l'enfant et une version électronique (en "antisèche") pour les grands-parents. De cette façon, vous l’enthousiasmez en lui parlant de ce qu’il aime, et vous créez un lien fort entre vous deux en initiant des conversations animées, centrées sur un intérêt commun.

A partir de là, l’enfant mis en confiance n’hésitera plus à vous faire part de ses joies, de ses peines ou de ses doutes. Vous deviendrez son confident complice et l'aiderez à grandir, à s'épanouir comme enfant mais sans doute aussi pour le reste de sa vie.

Pour recevoir gratuitement votre exemplaire de lettre personnalisée

Merci! Votre inscription a bien été enregistrée !
Oops! Une erreur est survenue


Si vous ne voyez rien venir, vérifiez vos spams / courriers indésirables ou envoyez nous un mail à mireille@sapetitelettre.fr

Nos 4 héros